Skip to content

Le dessin de mai 2017 – Améthyste

Chaque mois, je sélectionnerai dans la galerie un dessin réalisé par un membre de Gothicat World, et je vous le présenterai ici.

Le joli mois de mai nous apporte les beaux jours. Les journées, déjà plus longues, sont promesses de soirées douces passées à admirer de roses couchers de soleil et frais matins à s’extasier devant l’aurore.

Celle représentée par… Aurore justement, sur son dessin, dans un camaïeu de rouge, d’orange, de jaune, de rose de bleu et bien sûr de mauve, est de celle qu’on souhaiterait admirer pendant des heures.

Le Flamiris Améthyste (caméos Hidden Gems, janvier 2017) s’incruste parfaitement dans ce paysage aux couleurs féeriques. Et sa pose est telle qu’on se croirait presque en train de voler avec lui, accrochés à son dos, sous son gentil regard turquoise, en train d’admirer ses fines ailes translucides.

 

Mais laissons l’artiste nous donner plus d’informations à propos de son œuvre :

D’où t’es venue l’idée du dessin ?

J’étais en grande recherche de créatures pour compléter ma collection, et il m’en manque un très grand nombre (environ 300 à l’heure actuelle). Je me suis donc dirigée dans la partie du forum prévue à cet effet et j’ai vu une annonce de Nahdala qui échangeait une créature contre un dessin. Je n’ai pas hésité bien longtemps pour sauter sur cette occasion. J’ai regardé les créatures dont elle proposait de faire un portrait, et j’ai vu son petit Néron (Améthyste). Étant donné que je dessine beaucoup de dragons ces derniers temps, je me suis dit que c’était une bonne manière de continuer à me perfectionner. Et aussi de changer un peu de sujet (parce que je ne dessine presque que des chats sinon). Je me suis donc mise au travail…

Combien de temps environ as-tu passé sur ce dessin ?

Bien, je ne sais pas exactement car je le travaillais petites touches par petites touches, de temps à autre pendant mes heures d’étude ou en rentrant chez moi pour me relaxer (parce que pour moi, dessiner ça relaxe). J’ai commencé le 23 Mars et rendu le 03 Avril. Donc, j’ai mis une dizaine de jours. Mais comme dit, petit à petit, lentement mais sûrement! J’ai passé plus de temps à créer les contours de mon Flamiris et à faire les ailes qu’à faire le ciel et les ombres.

Quelles difficultés as-tu rencontrées lors de la création ?

J’ai eu plusieurs difficultés. Pour expliquer tout cela, je vais décrire comment j’ai fait ma création, ce sera plus simple!
Tout d’abord, j’ai commencé par dessiner les contours au crayon de papier : la tête, le cou en prolongement puis le corps. Les ailes je ne les ai faites que vers la fin. Pour la tête, j’ai bien placé l’œil et les narines, j’avais une bonne forme que j’ai trouvé rapidement et sans trop de difficulté. Mais j’ai assez vite eu du mal avec les pierres précieuses qui se situent au milieu du front et entre les yeux (surtout les petites du haut de la tête) ainsi que ma base des cornes. J’avais pourtant une bonne dynamique dans le mouvement de ces dernières mais la base avait du mal à correspondre avec ma recherche. Elles m’ont demandé une certaine patience. Une fois faites, j’ai fait une ligne partant de l’arrière de la tête dans une lancée d’un trait (celui qui fait aussi la colonne vertébrale) et j’ai fait une “parallèle” à celle-ci pour former mon cou. Puis une troisième pour créer un volume. J’ai continué par le ventre. Je me suis rendue compte à cette étape que le corps avait plus de vie que le reste et qu’il manquait quelque chose. J’ai donc dessiné les pattes avec dynamisme et sans vraiment avoir une forme très précise (parce que je trouvais aussi que pour donner cette impression qu’il est en mouvement, en train de se tourner, les pattes ne pouvaient qu’être présentes). J’ai aussi rajouté les deux barbillons qui rendent la tête de mon Flamiris moins statique. J’ai ensuite placé les derniers détails, c’est à dire les craquelures d’améthystes.
Tout ça étant au crayon de papier (qui a l’inconvénient de s’effacer lorsqu’on passe trop de fois sa main dessus) je l’ai repassé au noir très léger. Et j’ai commencé les ombres, très légères aussi.
Ensuite, passage difficile : la couleur ! Pourquoi ? Tout simplement parce que je ne colorie que très rarement mes créations en dehors de ce que je dois faire en cours. Et aussi parce que je ne force pas beaucoup sur la couleur (pour moi, je trouve que pâle c’est déjà beaucoup mais le scanner n’est pas du même avis que moi (voir mon dessin d’Halloween 2016).
J’ai donc commencé par faire le corps uni et pâle (brun clair, mauve pour le cou, les éclats et les cornes, rose pour les perles et les barbillons). Puis j’ai renforcé mon trait autour des craquelures ; un noir bien tonique. J’ai ensuite introduit dans mes zones d’ombre du brun plus foncé avec des touches très légères de noirs pour le corps et du noir très léger pour les zones mauves. En opposition, j’ai introduit du violet magenta et du rose dans mes zones de lumières ainsi que le brun clair mais un peu plus dense dans les zones lumineuses du corps. Petit à petit, mes traces de contour noir sont parties d’elles-même (ou, du moins, se sont beaucoup affaiblies) avec les contrastes d’ombres et de lumières. J’ai encore une fois passé de la couleur dessus pour le renforcer. Partout, sauf sur le ventre et le dos.
Je me suis ensuite mise au dessin des ailes. Mais je n’en avais jamais vraiment fait, surtout des ailes avec un effet de transparence : c’était donc mon premier essai. Pour commencer, c’était au crayon de papier. Mais j’ai gommé, recommencé, re-gommé. Et entre chaque gommage et recommencement, je repassais de la couleur. Si bien que j’ai fini par me lancer directement dans des traits dynamiques et légers, sans gommage. Une fois les mauves faits, je passe aux magentas. Une fois ces derniers faits, je me lance dans l’effet de transparence. Je repasse du brun, je travaille surtout sur les ombres des ailes.
Une fois achevées, il ne me restait que le fond à faire. Mais, là encore, que faire ? J’en fais encore moins que colorier mes dessins.
Je me suis donc référée au fond que Nahdala avait mis sur Néron. L’aurore. Bien sûr, j’en ai dessinée quelques-unes mais dans des paysages très faciles, avec un sol et un ciel. Ici, il ne fallait qu’un ciel. Alors, je me suis lancée dans l’aventure des couleurs du lever de soleil et laissée porter par les nuances de rose, de mauve, magenta, bleu gris et orange avec un pâle soleil qui se lève sous ces nuages (derrière sa tête) ! Là encore, je suis passée une deuxième fois pour renforcer le tout.
Enfin, les petites touches finales : l’iris, l’œil bleu cyan, le sourcil gauche, les narines, la bouche et pour l’expression de vie de ma créature : la pupille.
J’ai volontairement laissé le blanc autour de l’iris, je trouve qu’il lui donne un ton plus vivant !

Depuis combien de temps dessines-tu ?

Depuis toujours je dirais. En tous cas, je dessinais déjà vers mes trois ans lorsque je suis rentrée au Jardin d’enfants ; je ne sais plus quoi exactement, mais je crois qu’il y avait un peu de tout, surtout des formes géométriques et des spirales.
Ma grand-mère était encadreuse professionnelle et connaissait pleins d’artistes, surtout des peintres (et il y avait pleins de crayons de couleurs et textures différentes en tous genres avec lesquels je dessinais quand j’étais chez elle), ma mère faisait de la peinture sur bois avec des décalquages d’animaux, surtout des oies, et je faisais souvent du Window’s Color avec ma sœur chez ma tante. Donc, c’est presque de famille si on peut dire.
Puis, j’ai eu plusieurs grosses périodes. La première était vers mes 8-9 ans avec les dinosaures suite à une série que j’aimais tout particulièrement : Dinosaur King. Je dessinais les dinosaures (chibi et/ou réels), les éléments et même quelques personnages. Mais je préférais largement les dinos que les personnages. Je les trouvais plus faciles à dessiner.
La deuxième période (vers mes 10 – 11) à été celle des toupies Beyblade que je dessinais (enfin, je décalquais plus les items que les toupies) avec quelques têtes de personnages dans le coin de certaines feuilles. J’avais commencé toute une série avec, en tête, l’idée de toutes les dessiner. Mais j’ai dû m’arrêter à une dizaines de symboles ou fiches complètes. En parallèle, je dessinais (décalquais) quelques Pokémons.
Ensuite, vers mes 12 ans ce fut une véritable révélation pour les chats. J’en dessinais partout et tout le temps. Encore maintenant d’ailleurs, au point que profs comme élèves de ma classe me font souvent cette réflexion : “tu dessines encore des chats?”. Bien oui. Et je ne dessinais que ça pendant 3 ans.
La dernière période, c’est celle que j’ai actuellement, mais elle se divise en plusieurs branches : il y a encore les chats, une grande collection de dragons en tous genres et quelques rares personnages et humanisations commencent à faire leur apparition. Les dinosaures sont de retour également, même s’ils ont beaucoup évolué entre temps. Il y a aussi une série de signes du zodiaque en cours.
J’ai même eu une demande de dessin de chat sur un mur.

Sinon, un point important, c’est que dans mon école on fait beaucoup de dessin. C’est une matière à part entière qui est comme une sorte de “tradition”. On en fait sous toutes formes avec beaucoup de variétés diverses, textures différentes, etc.

Ce dessin représente-t-il quelque chose de particulier pour toi ?

Tout comme je l’ai déjà dit, il exprime du mouvement et une expression de désirs impossibles et de regrets ainsi que la passion du dessin et un espoir de vie.
“Regarde le soleil se coucher ; tu prendras espoir. Regarde-le se lever ; tu te souviendras de tes rêves !”
Je pense que cette phrase dit partiellement ce que je ressens en regardant mon dessin. Car derrière cette expression vive se cache beaucoup de mélancolie vainement dissimulée ainsi qu’une profonde tristesse qu’on ne peut pas voir avec les yeux, mais qu’on ressent, qu’on vit comme un désespoir et qu’on voit avec le fond de son cœur. Car l’important n’est pas l’apparence : c’est l’âme.
Pour moi, les nuages sont le brouillard de mon inconscient, le dragon est celui qui recherche ce qu’il est et l’aurore est un nouvel espoir. Une lumière dans la pénombre. Et l’œil bleu, c’est celui qui croit pouvoir tout dissimuler sous sa fausse apparence, sous son aspect neutre, qui croit tout connaître et faussement sûr de lui, faussement arrivé au terme de son voyage.
Le Flamiris se tourne pour voir ce qu’il laisse derrière lui, ses regrets, ses non-dits, son passé son envie d’oublier pour tout recommencer… Après l’aurore !

Quelle ambiance as-tu voulu faire transparaître via ce dessin ?

J’ai voulu faire passer le message (surtout à moi-même en réalité) que quoi qu’on fasse, on a toujours un passé et que même si on essaye de l’oublier, il restera toujours présent. Que chaque épreuve, quelle qu’elle soit nous aide même si elle est dure à comprendre ou à accepter et quoi qu’on fasse on ne peut pas l’éviter.
J’ai aussi voulu montrer que l’amour quel qu’il soit a sa force et qu’on n’est pas toujours en mesure de le comprendre ou de le faire comprendre. Et que même un cœur de pierre peut changer à la seule condition qu’il le veuille. Aussi que la force du cœur peut de loin dépasser celle qu’on a physiquement et que le courage est une manifestation d’amour. Que l’espoir est l’idéal et parfois l’impossible, et que ce qui est derrière nous fait partie de ce qui est ici et sera devant nous. Et surtout, que pour vouloir avancer, il faut se détacher de son passé pour avoir la force de le faire. Car le passé est comme la peur, et le courage est un grand bond en avant en soi-même. Qu’il faut parfois oser et parfois ne pas regretter. Que chaque erreur est aussi là pour nous apprendre sur nous-même!
Les nuages, c’est le rideau qu’on a peur de franchir pour changer. Et pourtant, parfois, il ne suffit que d’un tout petit pas. Minuscule… Pour tout changer.

Autre chose à ajouter ?

Bien, je suis vraiment super contente du résultat, surtout de la tête. Si vous voulez voir d’autres de mes dragons (ou chats ou autres), vous pouvez me MP. Un petit pour la route tout de même (mon premier sur lequel j’ai passé un peu plus de 3h):

 

 

 

 

 

 

 

 

(au crayon de papier et jamais colorié sur une feuille bleu cyan/ électrique).
Et mon dessin de chat sur mur:

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne continuation à tous ^^.

 

 

 

(merci à Aurore pour sa participation ♥ – vous pouvez retrouver son dessin ( et bien d’autres) dans la galerie des GothiArtistes de Gothicat World)

Un commentaire

  1. aurore
    aurore

    Merci à toi Tigereyes pour ta demande. Ce fut avec un grand plaisir que j’ai répondu à tes questions et surtout, c’est avec bonheur que je vois mon petit Flamiris exposé ici.
    Encore merci à toi 😉

    02.05.2017
    |Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.