Skip to content

Ils ont vraiment existé… ou pas !

Il est des personnages que nous connaissons tous, au moins de nom, parce que la littérature, la télévision, le cinéma ou d’autres formes d’art et de médias se les sont appropriés depuis longtemps. Si la fiction dépasse parfois la réalité, il arrive aussi que les deux se mélangent et que l’on s’inspire d’un individu ayant réellement existé pour composer une œuvre originale ou simplement inspirée de sa vie. Dans cet article, je vais vous présenter une sélection de personnages que nous avons toutes et tous l’habitude de considérer comme des personnages de fiction et qui, pourtant, ont bel et bien existé… ou pas ! En effet, pour rendre la chose plus distrayante, je me suis amusée à glisser quelques leurres, des personnages inventés de toutes pièces : saurez-vous les reconnaître ? La réponse se trouve en fin d’article, mais, attention, ne trichez pas !

 

 

 

 

Esmeralda

Nous la connaissons tous grâce au roman de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, dans lequel cette jeune et belle gitane rend fous d’amour plusieurs représentants de la gent masculine. Mais l’on sait moins que, pour créer son personnage, Hugo s’est inspiré d’une danseuse ayant défrayé la chronique dans la première moitié du XIXe siècle, une certaine Lola Montez. D’origine irlandaise, celle-ci s’inventa des racines espagnoles et prit le faux nom de Montez, puis devint courtisane auprès des hommes les plus riches et puissants de l’époque, en particulier le roi Louis Ier de Bavière. En séjour en France, elle rencontra Victor Hugo par l’entremise de George Sand et lui inspira le personnage sulfureux d’Esmeralda.

 

 

 Les Dalton

Popularisés par la bande-dessinée Lucky Luke ainsi que par plusieurs œuvres de cinéma, les quatre frères Dalton ont réellement sévi dans l’Ouest américain au cours des années 1890. Ces illustres hors-la-loi, qui s’attaquaient alors aux banques et aux convois ferroviaires, étaient bel et bien quatre frères : Bob, William, Gratton et Emett (et non Joe, Jack ou encore Averell). Toutefois, il arrivait régulièrement qu’à leur bande viennent se joindre encore des hommes supplémentaires, sans lien de parenté avec eux – c’est pourquoi, en anglais, on parle aussi bien de “Dalton Gang” que de “Dalton Brothers”. Les Dalton périrent en menant une attaque de banque particulièrement meurtrière dans leur ville natale, à l’exception du plus jeune frère, Emett (en-bas à droite sur l’image), qui fut le seul à s’en sortir vivant. Il fut incarcéré de nombreuses années puis finalement relâché, et il tint même son propre rôle au cinéma.

 

 

 

 

D’Artagnan

Lui aussi est passé à la postérité grâce à une œuvre de fiction, il s’agit du célèbre Charles de Batz de Castelmore, dit d’Artagnan. Il est le héros de trois romans d’Alexandre Dumas : Les trois mousquetaires, qu’on ne présente plus, et ses suites, Vingt ans après et Le vicomte de Bragelonne. Mais il fut aussi un noble ayant vécu en France durant le XVIIe siècle et qui, engagé dans une carrière militaire, fut en effet l’un des mousquetaires du roi (assurant même le commandement de la première compagnie des mousquetaires). Le récit de sa vie fut d’abord écrit par un certain Gatien de Courtilz de Sandras, dont Dumas s’inspira pour ses propres romans.

 


Homère

Quand on pense à Homère, père de l’Odyssée et de l’Illiade, on n’imagine pas spontanément qu’il fut longtemps considéré comme un personnage de fiction. Et pourtant… Si son œuvre sombra en grande partie dans l’oubli durant le Moyen Âge, son nom demeura bien présent dans les esprits comme synonyme de poésie, si bien que virent alors le jour un certain nombre de poèmes dits « homériques » car reprenant les thèmes et le style du vrai Homère. A la Renaissance, on redécouvrit les grandes épopées homériques, mais l’on crut alors qu’elles appartenaient à ces œuvres nommées homériques par pure convention, et l’on déclara qu’Homère n’avait jamais existé. Ce ne fut qu’en 1953, grâce au travail pointilleux de l’historienne Jacqueline de Romilly, qu’on put prouver qu’Homère avait réellement été le poète que l’on connaît aujourd’hui.

 

 

Mulan

Les longs métrages des studios Disney sortent rarement de l’imagination de leurs scénaristes : soit il s’agit d’adaptations de romans (comme Mary Poppins), soit d’histoires vraies. Dans le cas de Mulan, il s’agit d’un pan de l’histoire chinoise relativement peu connu en Occident (du moins, avant que Disney ne s’en empare) mais particulièrement symbolique en Asie. Ce fut probablement au cours du VIe siècle que Hua Mulan (et non pas Fa Mulan, comme dans le dessin animé) a combattu, travestie en homme, prenant ainsi la place de son père trop âgé pour se battre. A l’époque, il était alors courant que les filles d’officiers soient entraînées au combat, ce qui explique que la supercherie passa. Hua Mulan ne combattit cependant pas l’armée des Huns, mais seulement des tribus nomades installées aux frontières du pays. Cela dura douze années à l’issue desquelles Mulan put rentrer chez elle sans que personne n’ait découvert qu’elle était en réalité une femme. Malheureusement, cela finit tout de même par se savoir et son déshonneur fut alors si grand que Mulan se suicida… Par la suite, son histoire a fait l’objet de nombreuses adaptations en Chine (romans, théâtre…) qui lui prêtèrent une histoire d’amour ou une fin heureuse. En tous les cas, Mulan a joué un rôle capital dans la construction de l’identité des femmes chinoises, qui l’ont choisie comme symbole de l’émancipation féminine dans les années 80, après la mort de Mao Zedong et la fin de sa Révolution culturelle.

 

 

 

 

 

 

 

Alors ? Vous avez joué le jeu et vous êtes fait votre opinion sur les personnages cités plus haut ? Très bien ! Voyons maintenant ce qu’il en est réellement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Esmeralda : C’était un piège ! La gitane de Victor Hugo sort tout droit de l’imagination de l’auteur. Cependant, Lola Montez (sur l’image) a réellement existé et a bel et bien rencontré Hugo, mais après que celui-ci eut écrit Notre-Dame de Paris – quand le roman est sorti, Montez n’avait alors que 10 ans. Si Esmeralda est un personnage totalement fictif, ce n’est toutefois pas le cas de Quasimodo, le sonneur de cloches bossu qui, lui, aurait vraiment existé ! Nous le savons grâce au journal d’un sculpteur anglais ayant travaillé à la restauration de la cathédrale à l’époque où le livre a été écrit : celui-ci fait à plusieurs reprises référence à un Bossu un peu taciturne, qui n’aurait cependant pas été sonneur de cloches mais également sculpteur.

 

 

 

Les Dalton : Eh bien tout est vrai ! On dit que les Dalton auraient été accusés de beaucoup de crimes et de braquages qu’ils n’auraient en fait jamais commis, mais leur réputation de dangereux bandits reste loin d’être usurpée. Même s’ils n’ont été actifs qu’entre 1890 et 1892, ils se sont rendus responsables de nombreuses attaques, dont la dernière, celle des banques de Coffeyville, fut un véritable bain de sang.

 

 

 

 

D’Artagnan : Le héros des romans de cape et d’épée d’Alexandre Dumas a lui aussi existé. Bien sûr, l’œuvre de l’écrivain s’en inspire sans toutefois être réellement fidèle à la véritable histoire de Charles de Batz, puisqu’il s’agit d’une œuvre de fiction et non d’un roman historique. Il lui alloue par ailleurs trois compagnons bien connus, à savoir les trois mousquetaires Athos, Portos et Aramis. Ceux-ci, à l’inverse de d’Artagnan, sont des personnages de fiction, entièrement imaginés par l’auteur.

 

 

 

Homère : Cette fois-ci, c’est un peu tordu. En effet, j’ai totalement inventé ce que vous venez de lire au sujet d’Homère, mais, dans le fond, ce n’est pas entièrement faux… Oubliez le Moyen Âge, la Renaissance et Jacqueline de Romilly (une vraie spécialiste de la Grèce antique, mais qui n’a rien à voir avec Homère), car voici ce que l’on sait réellement : la « question homérique » se pose depuis très longtemps. Déjà Sénèque, au premier siècle de notre ère, s’interrogeait sur l’identité de l’illustre poète. Il faut dire qu’on sait très peu de choses à son sujet, si peu qu’il n’est en effet pas sûr du tout qu’il ait vraiment existé. Il est possible que les œuvres qui sont arrivées jusqu’à nous sous son nom appartiennent seulement à une « école homérique », c’est-à-dire une sorte de courant artistique se réclamant d’un personnage plus mythique que réel. Il est vrai, en tout cas, qu’il existe des « hymnes homériques » n’ayant d’homérique que le nom et composés bien après l’époque (supposée) d’Homère. Il n’y a donc ni bonne, ni mauvaise réponse concernant ce personnage !

 

Mulan : Hua Mulan est l’héroïne d’une légende chinoise… qui n’a pas un soupçon de vérité historique ! A peu de choses près, c’est la légende que je vous ai racontée plus haut, avec, en prime, une demande en mariage en bonne et due forme de la part de l’empereur de Chine lorsqu’il apprend que Mulan est une femme (j’ai volontairement omis ce passage, ne le trouvant pas assez crédible et ayant eu peur qu’il vous mette la puce à l’oreille). Donc, non, Mulan n’a jamais existé, même s’il s’agit d’une belle histoire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *